Sangs rares : l’EFS a besoin de donneurs de sang toutes origines

Si la plupart d’entre nous sommes familiers des groupes sanguins A, B, O et de leur système de Rhésus + et -, leur diversité est en réalité nettement plus importante et engendre de véritables défis transfusionnels.


Selon la zone géographique, certains groupes sanguins sont fréquents et d’autres le sont beaucoup moins. Ils peuvent même être considérés comme « rares », à savoir que leur fréquence dans la population est faible : moins de 4 personnes sur 1000, ce qui engendre un déséquilibre entre le nombre de donneurs et les besoins des malades. Pour soigner efficacement l’ensemble des malades grâce à des donneurs de sang compatibles, l’EFS a besoin de donneurs de toutes origines afin de leur offrir la transfusion la plus adaptée.

Un enjeu francilien

En Ile-de-France, les sangs rares représentent un fort enjeu du fait de la prise en charge d’une importante faction de la population touchée par la drépanocytose, maladie génétique du sang. Si cette maladie n’est pas très connue, elle est pourtant la plus répandue dans le monde et les malades nécessitent des transfusions sanguines très régulièrement. Le malade doit donc recevoir du sang issu d’un donneur ayant certaines caractéristiques sanguines communes. En France, les donneurs d’origines afro-antillaises sont les personnes les plus susceptibles d’avoir un sang compatible. La diversité des donneurs est donc essentielle pour pouvoir transfuser à chaque patient le bon produit.

Pour en apprendre davantage sur les sangs rares, nous vous invitons à visionner ce film : Don de sang et diversité (youtube.com) ou à télécharger le dépliant dédié ici.

Pour en savoir plus sur le don de sang, rendez-vous sur dondesang.efs.sante.fr

Tout le monde peut être porteur d’un sang rare. Toutefois, en France métropolitaine, les personnes originaires du continent africain, des Antilles et de l’océan indien ou bien ayant des ancestralités africaines ont davantage de probabilités d’être porteuses d’un groupe sanguin rare ou d’un phénotype dit « d’intérêt ».

Displayed in 239.9 ms

Time spent before display 239 ms

Display time 0.9 ms

Memory usage 6.28 MB

Les informations recueillies au titre de ce formulaire font l’objet d’un traitement de données à caractère personnel par l’EFS, responsable de traitement, dont le siège se situe 20, avenue du Stade France, 93218 La Plaine Saint-Denis Cedex, et par THOT COMPUTED, actuel sous-traitant de l’EFS, dont le siège social est situé Domaine de l’Opéra, 50, rue Pauline Viardot, 84140 Avignon.

Ce traitement est destiné à la gestion du label « Commune Donneur », marque dont laquelle l’EFS est copropriétaire.

La base légale du traitement est le consentement.

Les données collectées sont conservées par l’EFS et son sous-traitant jusqu’au retrait du consentement ou pendant 5 ans à compter du dernier contact émanant de votre part.

Conformément aux lois et règlements en vigueur en matière de protection des données et à condition de justifier de votre identité, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, d’opposition ainsi que du droit à la portabilité de vos données. Vous disposez également du droit de donner des directives concernant le sort de vos données après votre décès.

Vous pouvez également à tout moment retirer votre consentement au traitement des données vous concernant.

Vous pouvez exercer vos droits auprès de l’EFS en vous adressant au service juridique de l’établissement de transfusion sanguine d’Ile-de-France, par courriel à l’adresse idfr.juridique@efs.sante.fr, ou par courrier postal à l’adresse Etablissement français du sang – Ile-de-France, service des achats et des affaires juridiques, Z.A. LEAPARK, bâtiment B, 122-130, rue Marcel Hartmann, 94200 Ivry-sur-Seine.

L’EFS a désigné un Délégué à la protection des données - ou DPO - que vous pouvez contacter par courriel à l’adresse efs.dpo@efs.sante.fr, ou par courrier postal à l’adresse 20, avenue du Stade France, 93218 La Plaine Saint-Denis Cedex.

Enfin, vous disposez du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).